08/02/2010

Discrimination ethnique et statistiques

Un rapport public vient de paraître sur l'usage des statistiques liées à l'ethnicité. Dirigé par le démographe François Héran, il conclut qu'il est possible de tenir compte dans l'appareil statistique français actuel de la variable ethnique.

Compte rendu dans le quotidien Le Monde : http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/05/pas-de-c...

Qui fait également un point sur les différents dispositifs nationaux : http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/05/statisti...

Pour un exemple concret, l'entretien avec le politologue Rahsaan Maxwell qui travaille sur l'intégration des minorités : http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/05/rahsaan-... 

dont voici les recherches : http://www.entempsreel.com/2009/09/14/pour-en-finir-avec-...

Le centre d'analyse stratégique avait organisé un colloque sur la question : http://www.strategie.gouv.fr/IMG/pdf/actesstatistiqueseth...

Ce sujet permet d'aborder deux questions :

. la mesure des discriminations : si on ne dispose pas d'un outil qui permette d'étudier un phénomène on risque de laisser la place à des raisonnements idéologiques ou approximatifs. Les sondages d'opinion ne sont pas suffisants pour analyser la discrimination ethnique. Par contre les méthodes de testing popularisées en France par Jean-François Amadieu semblent plus robustes.

Dans ce domaine les sociologues ou les historiens ont de l'avance sur les économistes, on peut penser aux travaux de Didier Lapeyronnie sur la comparaison de l'intégration des immigrés en France et en Grande-Bretagne, à ceux de Marie-Claude Blanc-Chaléard ou Gérard Noiriel sur l'histoire de l'immigration française. Ils s'appuient sur les expériences concrètes des individus et sur les pratiques administratives ...

. la performativité : dès que l'on dispose d'un instrument de mesure, il traduit des enjeux de pouvoir. On gouverne par les nombres, comme le souligne Alain Desrosières, disposer de statistiques n'est pas une simple question technique.

On peut voir dans les recherches d'Emmanuel Didier sur la révolution statistique du New Deal aux USA, à quel point l'appareil statistique découle d'une vision politique et d'un projet qui implique une vision de ce qu'est le pouvoir. Il faut pouvoir déterminer ce qu'est un chômeur, le comparer au reste de la population ... La technique de l'échantillonnage (sondage) n'est que le moyen d'y parvenir.

La synthèse de ces deux questions se retrouvant, selon moi, dans les recherches d'Alexis Spire sur les reconduites à la frontières des immigrés illégaux. Il existe en effet des définitions juridiques, des politiques publiques, des pratiques administratives, des marges d'interprétation ... qui mêlent les aspects techniques et de pouvoir et permettent d'aborder un problème social de la manière la plus précise possible.

12:04 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Sociologie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.